ens et unum non convertuntur

Tractatus toposophicus

les travaux et recherches effectués ici partent de ce qui est à mon avis la rupture capitale d’avec l’ancienne métaphysique des “transcendantaux” : un, être, bien, vrai…

http://fr.wikipedia.org/wiki/Transcendantaux

Alors qu’il y avait, chez les scolastiques, et encore chez Leibniz, convertibilité de l’un et de l’être, de l’un et du vrai, le mot d’ordre , je ne dirais pas “moderne” car ce mot est ambigü, mais de ceux qui prennent au sérieux le changement de paradigme intervenu au 17 ème siècle, est :

Etre et un ne sont pas convertibles

ou, comme le dit Badiou au début de “L’être et l’évènement”, en tirant les “leçons” du Parménide :

L’Un n’est pas

mais je me réfère ici beaucoup plus à Brunschvicg , qui lui aussi fait remonter la rupture à Platon compris comme “vérité de la philosophie”, par exemple dans “De la vraie et de la fausse conversion” :

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/vraie_et_fausse_conversion/vraie_et_fausse_conversion.html

Nous…

View original post 663 more words

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s